top of page
Marble Surface
  • Photo du rédacteurToni Vonk

Une discussion sur les DSD - À l'occasion de la Journée du souvenir intersexe

Dernière mise à jour : 4 mars

« Pas une sexualité. Pas un sentiment. Nous sommes simplement des êtres humains confrontés à des problèmes de développement. »


Une discussion sur les DSD - À l'occasion de la Journée du souvenir intersexe

Par Toni Vonk

 

Le 9 septembre 2023, un groupe de femmes et de leurs alliés se sont réunis dans un parc suburbain au sud d'Ottawa pour le tout premier coin des oratrices pour les femmes au Canada. Suivant le modèle désormais mondialement célèbre de Kellie-Jay Keen, les femmes ont pris la parole, sous protection, pour partager leurs expériences et leurs craintes de vivre désormais dans un pays où leurs droits garantis par la Charte basés sur le sexe ne sont plus assurés par la loi ou les politiques.

 

Commun à tous ceux qui ont participé ce jour-là est la compréhension qu'un conflit majeur en matière de droits fait rage dans notre pays depuis 2016. Des exemples du conflit, illustrés par de nombreux cas d'abus et d'attaques contre les femmes et les filles, sont directement attribuables aux modifications apportées par le gouvernement libéral à la Loi canadienne sur les droits de la personne et au Code criminel, qui ont élevé l'identité de genre et l'expression de genre au statut de caractéristiques protégées par la loi.


Une discussion sur les DSD: Catherine prend la parole lors du premier coin des conférenciers féminins du Canada, le 9 septembre 2023
Catherine prend la parole lors du premier coin des conférenciers féminins du Canada, le 9 septembre 2023

Parmi les femmes déterminées venues de la ville et d'ailleurs pour parler ce jour-là, se trouvait Catherine (nom de famille retenu).


Se présentant comme intersexe (le "I" dans 2SLGBTQIA+), Catherine a ouvert son discours par un commentaire sur la dernière version du drapeau de la fierté, dans lequel le symbole intersexe (un cercle violet sur un fond jaune) a été incorporé en 2021.


Donc, ils m'ont mis sur leur petit drapeau de la fierté, et toute cette joie...
Je suis fatiguée de leurs arguments et de les entendre parler pour nous, de nous mettre sur leur drapeau et de nous utiliser. Les personnes intersexes sont l'antithèse totale de ce qu'est le trans. Le trans n'existe pas, le genre n'existe pas... La seule chose qui existe, c'est la "dysphorie sexuelle".
J'en ai assez que les gens jouent à cette mascarade, c'est absolument ridicule.
Je veux armer les parents avec la capacité de dire - quand ils essaient d'utiliser [l'intersexuation] et de dire que le sexe est sur un spectre - cela n'est absolument pas sur un spectre et en tant que personne intersexe, je peux vous dire à 100 % que nous sommes soit X, soit Y, nous sommes des hommes ou des femmes, et dire que nous sommes une sorte de chose en dehors de l'humanité est absolument répugnant. - Catherine

Une discussion sur les DSD: Valentino Vecchietti, fondateur d'Intersex Equality Rights UK, a incorporé le symbole intersexe dans le drapeau de la fierté du progrès en 2021.
Valentino Vecchietti, fondateur d'Intersex Equality Rights UK, a incorporé le symbole intersexe dans le drapeau de la fierté progressiste en 2021.

Malgré l'intégration du "I" dans le drapeau et son ajout en 2022 à l'acronyme officiel du Canada pour l'inclusivité et la diversité sexuelle, les défenseurs et les éducateurs expliquent que "être" intersexe n'est ni une identité, ni une prédilection, ni une couleur de peau. En réalité, c'est naître homme ou femme avec l'une des plus de 40 conditions médicales entraînant des différences chromosomiques, hormonales ou génitales dans le développement sexuel (DDS; DSD). Aussi appelées troubles du développement sexuel (TDS) et variations du développement sexuel (VSD), les conditions intersexes toucheraient jusqu'à 1,7 % de la population (aussi courant que la prévalence des cheveux roux, dit-on), selon les types de DSD inclus dans le calcul.


Contexte

Le 8 novembre, jour de la publication de cette histoire, est la Jour du souvenir intersexe - une commémoration annuelle « reconnaissant les difficultés vécues par de nombreuses personnes intersexes dans le monde tout en célébrant les progrès réalisés vers une plus grande acceptation et inclusion pour tous ».


Tout cela est juste et bon, jusqu'à ce que l'on comprenne, comme le suggère la oratrice Catherine, que certaines personnes qui n'ont pas de condition de DSD médicalement diagnostiquée choisissent de "s'auto-identifier" comme intersexes - comme étant quelque chose entre les deux, ou un mélange mystique de masculin et féminin - leur permettant ainsi de revendiquer légitimité sous la bannière de plus en plus étendue du 2SLGBTQI+.


Une discussion sur les DSD: Évolution de l'acronyme LGBTQ+ à travers les plans départementaux au   ministère canadien de la Condition féminine et de l'Égalité des genres.
« Évolution de l'acronyme LGBTQ+ à travers les plans départementaux au ministère canadien de la Condition féminine et de l'Égalité des genres. »

Les femmes qui dénoncent désormais la pratique légale des hommes et des garçons se déclarant femmes et filles comprennent très bien l'absurdité et le danger de l'insulte de l'auto-identification. Sans subir les défis médicaux, anatomiques, psychologiques et sociaux inhérents à un trouble du développement sexuel, certains activistes, qui pourraient être mieux identifiés par une lettre(s) différente, se parent d'une « identité » intersexe. Certains vont même jusqu'à considérer l'intersexuation comme leur « genre ».


Quelle que soit la manière dont elle est exprimée, la ruse perturbe la société et détourne la recherche et les ressources qui devraient être orientées vers l'amélioration de la vie des personnes atteintes de DSD loin d'elles.


Dans une interview de 2021 avec Gender: A Wider Lens, Claire Graham, une militante intersexe bien connue travaillant avec dsdfamilies au Royaume-Uni, explique pourquoi l'inclusion des DSD dans le débat sur les personnes transgenres est erronée :


Parce que cela n'est pas plus courant chez les personnes trans que chez les personnes non trans. Ce n'est pas la raison pour laquelle elles sont trans. Nous constituons une démographie complètement différente. Nous ne sommes pas des personnes ayant des problèmes psychologiques ou des problèmes liés à la culture, à la société et au genre. Nous sommes des personnes avec des différences physiques dans notre corps. Et plus nous sommes utilisés et récupérés pour le récit sur le genre, moins nos besoins sont satisfaits, car les gens commencent à croire qu'en faisant du travail LGBTI, ils font du travail intersexe.
Il y a eu une étude il y a quelques années où ils ont constaté que seulement un pour cent des financements mondiaux LGBTI étaient alloués à l'intersexuation. Ce qui se produit, c'est que de nombreux groupes LGBTI revendiqueront ces financements et les orienteront vers des notions telles que le "troisième genre" et "le sexe est un spectre". Nous avons besoin d'un meilleur soutien psychologique pour les personnes avec ce diagnostic. Les financements ne sont pas là pour le faire parce que l'argent va plutôt à d'autres problèmes. - Claire Graham

Confirmant la déclaration de Graham, une recherche sur le site Web du gouvernement du Canada concernant les subventions accordées révèle seulement une subvention de 85 000 $ octroyée en 2020 pour « une étude explorant les soins de santé pour les Canadiens présentant des variations intersexuées. » Comparez cela avec le plan d'action fédéral de 100 millions de dollars du gouvernement pour la communauté 2SLGBTQI+, à travers lequel des sommes importantes ont été allouées à de nombreux activistes et organisations 2SLGBTQI+ à l'échelle nationale pour « continuer à construire un avenir plus inclusif, avec fierté. »


Une question cruciale soulevée par les défenseurs de l'intersexuation est que les nourrissons qui naissent avec des organes « génitaux ambigus »mais qui se développent autrement normalement ne devraient pas subir de modifications chirurgicales avant d'être en âge de comprendre leur condition et de prendre leurs propres décisions concernant leur corps.


La Journée de sensibilisation à l'intersexuation, célébrée chaque année le 26 octobre depuis 1996, a été créée « en réponse aux taux élevés d'interventions médicales effectuées sur les nourrissons et les enfants intersexués sans le consentement ou la connaissance de l'individu. »


Une discussion sur les DSD: Le conservatoire Bloedel de Vancouver illuminé pour la journée de sensibilisation à l'intersexualité, 2023.
Le conservatoire Bloedel de Vancouver illuminé pour la journée de sensibilisation à l'intersexualité, 2023.

Mauro Cabral Grinspan, militant intersexe argentin et signataire des Principes de Jogjakarta, affirme que « l'homophobie est une force motrice derrière le besoin commun de 'normaliser' les enfants intersexes dans les catégories traditionnelles masculines ou féminines » et que les opérations chirurgicales pour les personnes intersexes envoient un message aux enfants selon lequel leur corps doit être modifié pour être acceptable.


Comparez ces sentiments à l'insistance du lobby transgenre sur le fait que les « soins de santé pour l'affirmation du genre » devraient être librement accessibles et facilement administrés aux enfants qui s'identifient comme transgenres afin de les aider à devenir leur « moi authentique. » Dans ce cas, il est soutenu que l'enfant qui se pose des questions sur son genre doit bénéficier d'un retard de puberté médicalisé, de prescriptions à vie d'hormones sexuelles pharmaceutiques et d'éventuelles chirurgies de désensibilisation et de désexualisation, toutes couvertes par le système de soins de santé canadien.


C'est donc au milieu de la confusion du public sur ce qu'est l'intersexualité, du débat sur ce qui devrait ou ne devrait pas être fait à ce sujet et sur les personnes qualifiées pour en parler, que Catherine est montée sur le podium pour partager son expérience réelle et son point de vue en tant que femme atteinte d'un DSD.


Les entretiens

Après le coin de l’orateur, Catherine a accepté de rencontrer Gender Dissent. Nous voulions en savoir plus sur sa vie de femme intersexuée. Nous voulions savoir pourquoi elle n'apprécie pas que sa condition soit cooptée sous la bannière 2SLGBTQI+ et quelle pourrait être, selon elle, une approche plus significative pour soutenir les personnes atteintes de DSD.


Catherine est artiste et animatrice et a été pendant plusieurs années une leader adulte dans des organisations et des camps de jeunesse LGBTQ.


Catherine a mené la conversation en donnant un aperçu de son enfance et de son adolescence au cours desquelles elle a souffert de nombreux problèmes médicaux, notamment une naissance aveugle (qui a été corrigée chirurgicalement à l'âge de trois ans), de nombreuses fractures, un diabète précoce et un retard des premières règles.


« J'ai été complètement 'nerfée' » dit-elle, signifiant handicaper quelqu'un.


Catherine a également partagé des informations personnelles sur son enfance tumultueuse et ses antécédents familiaux, y compris une absence prolongée d'attention et de conseils maternels pendant son adolescence, ce qui explique peut-être en partie pourquoi Catherine n'a reçu un diagnostic de DSD qu'à la fin de son adolescence.


GD: Quand et comment avez-vous découvert que vous étiez intersexe ?


C: J'ai pris conscience que quelque chose n'allait pas quand j'avais 17 ans. Mes copines parlaient de leurs « moments de dame » et de la façon dont cela les affectait. Lorsqu’ils ont découvert que je n’avais pas encore mes règles, ils m’ont encouragé à consulter un médecin le plus tôt possible. Mon médecin de famille m'a orienté vers deux spécialistes et il n'a pas fallu longtemps pour que j'obtienne un diagnostic clinique d'hyperplasie congénitale des surrénales (HCS) et un diagnostic psychologique de dysphorie sexuelle.


Ce n’est que grâce à ces références que j’ai appris quel était mon état et comment les choses allaient mal en moi. Jusque-là, je ne savais pas pourquoi j'étais tout le temps si fatigué.


J'avais beaucoup de brouillard cérébral. Quand je m’en souviens, c’est « laiteux ». J'étais très enfantin.


Je suppose que mon cerveau ne se développait pas du tout.


Une discussion sur les DSD: Une image animée de l'hyperplasie surrénalienne congénitale (HCS) par 'Artibiotics'
Une image animée de l'hyperplasie surrénalienne congénitale (HCS) par 'Artibiotics'

Johns Hopkins Medicine décrit l'hyperplasie congénitale des surrénales (HCS)comme un groupe de troubles génétiques impliquant les glandes surrénales. Le HCS entraîne un manque d’enzyme nécessaire à la production d’hormones telles que la cortisone, l’aldostérone, l’adrénaline et les hormones sexuelles nécessaires à la croissance et au développement, notamment la DHEA-S, la testostérone et les androgènes. Pour compenser les faibles niveaux de cortisol, le corps stimule les glandes surrénales, ce qui entraîne une production accrue d'androgènes (hormones mâles). Les femmes atteintes de HCS peuvent avoir des organes génitaux qui semblent différents de ceux attendus pour les filles, comme un clitoris hypertrophié, une puberté précoce, une voix plus grave, une petite taille, de l'acné, une pilosité excessive du visage ou du corps ou des irrégularités menstruelles. Les hommes et les femmes atteints de HCS peuvent souffrir d'infertilité ou souffrir d'une crise surrénalienne.


On m'a diagnostiqué un trouble d'apprentissage (fonctionnement élevé) quand j'avais 12 ans. Et je me suis cassé les os tout au long de ma vie. J'ai eu des fractures aux deux jambes (en même temps) quand j'avais quatre ans, des fractures aux pieds (en marchant dans une bibliothèque), je me suis cassé les poignets (les deux encore), je me suis fêlé la tête – j'ai cassé tellement de choses ce n'est même pas drôle. Ce n’est qu’après avoir induit ma puberté que les choses ont commencé à être corrigées.


Je pense que les gens ne réalisent pas à quel point vos hormones sont importantes, non seulement pour votre développement physique, mais aussi pour votre développement neurologique. Je pense qu'il est très étrange que les gens veuillent mettre leurs enfants sous bloqueurs de puberté, car cela les met littéralement en difficulté de développement, et c'est vraiment mauvais.


Non seulement vous les placez dans un endroit où ils n’ont aucune capacité cognitive, aucun moyen de discerner quoi que ce soit – mais ils n’ont pas réellement atteint la puberté. Ils n’ont aucune idée de ce que sera leur sexualité dans le futur. Ce n’est pas formé, ce n’est pas concret. C’est un abus absolu.


Même donner des hormones sexuelles croisées à une personne en bonne santé est astronomiquement insidieux. Je ne comprends pas pourquoi les gens prônent cela, à part que cela rapporte beaucoup d’argent.


GD: Une fois le diagnostic posé, avez-vous commencé à vous qualifier d’intersexe ?


C: Non, on m’a dit que j’avais un DSD – un trouble du développement sexuel. Je dis que j'ai une hyperplasie congénitale des surrénales.


Dire « intersexué » ne veut pas dire grand-chose. C'est très PC. Je n'aime pas trop les mots ou le langage PC parce que je comprends le danger de les utiliser. C’est la même chose que le mot « neurodivergent ». Les deux n’ont aucun sens et sont conçus pour être vagues comme l’enfer. Je ne pense pas que ce soit bénéfique en aucune façon.


Je pense qu’utiliser un langage clair aide à dissiper beaucoup de « croque-mitaines ». Je pense que le but de ce terme politiquement correct est de créer intentionnellement ces croque-mitaines. Et avec ces croque-mitaines, les gens peuvent alors croire qu’il y a ce « spectre » ou qu’il y a cette « ambiguïté ». Mais c’est non. Nous ne sommes qu'homme ou femme, il n'y a pas de troisième sexe.


Les membres du culte de l’alphabet refusent d’utiliser « DSD » parce qu’ils savent que lorsqu’on utilise un langage précis, il est plus facile de démystifier toutes leurs affirmations, slogans et chants fictifs.


J'en ai assez des gens qui pensent que nous pouvons, d'une manière ou d'une autre, nous reproduire avec nous-mêmes. Soit nous avons des gamètes mâles, soit nous avons des gamètes femelles, nous avons des spermatozoïdes ou des ovules, il n'y a pas d'intermédiaire entre les deux.


GD: Vous êtes-vous toujours identifiée comme une fille/une femme ?


C: Je ne « m’identifie » pas à quoi que ce soit. Les femmes et les hommes ne sont pas des choses que l’on peut identifier. Vous êtes une femme ou vous êtes un homme. J'ai toujours su que j'étais une femme. Je ne savais tout simplement pas ou ne comprenais pas à quel point j'étais brisé.


Quand j'étais petite, j'aimais beaucoup d'activités, de passe-temps et d'intérêts masculins. Mais je savais que j'étais une femme.


J'ai un tempérament masculin. Je suis très compétitif, très analytique, très orienté objet. Mais cela ne fait pas de moi un homme.


On m’a [aussi] diagnostiqué une « dysphorie sexuelle ». C’est le symptôme d’un problème biologique.


Lorsqu'il s'agit de pensées intimes, de mes rêves et de stimulations sensuelles, mon esprit réagit et me considère comme un homme. C’est déroutant et c’est parfois très difficile à gérer. Être intime avec des femmes donne un coup de fouet à ma pulsion paternelle. Je veux être père mais je n’ai pas « l’équipement ». C’est un sentiment déchirant. Quand je suis avec des hommes, j'ai l'impression de me sentir gay, pas toujours, mais c'est là.


C'est difficile à traduire – ce dysfonctionnement ou cette déconnexion du cerveau au corps. Il s’agit bien d’une dysphorie « sexuelle ». Les enfants ne peuvent pas souffrir de dysphorie sexuelle car ils ne sont pas suffisamment développés.


Avoir un diagnostic précis m'a aidé à comprendre pourquoi j'avais eu tous ces problèmes avec mes os, mes temps féminins, ma vision, mon immaturité et d'autres problèmes. Et puis j’ai pu apprendre à m’aider moi-même et à réduire les dégâts dus à mon absence de puberté normale. Avoir le bon équilibre de médicaments aide à lutter contre ma dysphorie sexuelle et limite les ratés de mon esprit.


Une discussion sur les DSD: Huit ans d’injections auto-administrées de testostérone

Pendant plus de huit ans, la routine médicale de Catherine comprenait des injections de testostérone auto-administrées avec une aiguille de la longueur de son doigt (illustré). « Oui, sur toute la longueur, et si vous voyez du sang entrer dans l'aiguille, vous devez la retirer et aller à un autre endroit. Vous ne pouvez pas l'injecter dans une veine. » Fait intéressant, la testostérone a été utilisée « pour que je puisse avoir une puberté », explique Catherine. « Cela m'a calmé, m'a éclairci la tête et j'ai pu me concentrer. Maintenant, si mes analyses de sang sont erronées, il est facile de micro-réguler. » Photo: Catherine


GD: Pourquoi pensez-vous que les personnes intersexuées ne devraient pas être incluses dans la catégorie 2SLGBTQI+ ?


C: En termes simples, nous ne sommes pas une sexualité ou un sentiment. Nous ne sommes que des humains qui ont des problèmes de développement. Cela ne fait pas de nous une partie de leur club.


Le genre n'existe pas. Nous avons déjà des mots pour ce qu’ils tentent de dire, et ce sont le tempérament, la personnalité, les goûts et les intérêts. C'est pourquoi vous pouvez avoir « gâteau », « chat » et « Cupidon » comme genres. Rien de tout cela ne vous change ou ne vous empêche d’être votre sexe natal.


Faire une transition signifie en réalité acquérir un nouveau passe-temps ou le désir de faire autre chose dans la vie parce que vous n'êtes pas à l'aise avec votre statut actuel.

Comment les gens pensent que le fait de se qualifier d'un genre différent fait de vous quelque chose d'autre me dépasse.


La différence entre les personnes atteintes de DSD et les transgenres est que les personnes atteintes de DSD ont un dossier médical. Nous subissons une quantité intense de tests pour découvrir pourquoi notre cerveau nous ment en ce qui concerne la fonction sexuelle et la réponse à la stimulation. Notre dysphorie peut être corrigée sans détruire notre corps et notre fonction sexuelle.


GD: Avez-vous rencontré des opinions divergentes ou des critiques concernant votre point de vue ?


C: Toujours, mais je me fiche de ce qu'ils disent.


Je reçois des réticences de la part des gens qui croient au « genre ».


Ils ne veulent pas être perçus comme souffrant d’un trouble mental ou d’une philia perverse.


Ils refusent d’entendre que les personnes atteintes de DSD ne appartiennent pas au troisième sexe. Ils refusent d’entendre qu’il existe un remède et des moyens de faire face à la dysphorie. Ils veulent ce qu’ils veulent et ne semblent pas se soucier des droits et des limites des autres.


GD: Quelles sont vos aspirations en termes de plaidoyer ?


C: Je veux entendre davantage de personnes atteintes de DSD s'exprimer sur la façon dont cela nous affecte, sur la façon dont ces mensonges sur le genre et l'intersexe se propagent et sur la façon dont ce nouveau culte se forme.


Nous sommes utilisés comme ballons de football politiques. Ils bloquent les informations qui devraient circuler et qui pourraient contribuer à améliorer nos vies.


Je veux que nos soins de santé soient meilleurs parce que nous disposons des ressources et de la technologie pour aider à réduire les dommages subis par toute personne atteinte d'un DSD. Je veux un monde où nous subissons des tests ADN à la naissance, où l'on s'assure que tous les organes sexuels sont correctement installés, où nous avons des rendez-vous de suivi, où nous obtenons les soins et l'attention dont nous avons besoin pour fonctionner au mieux. peut.


Je veux armer les parents, les étudiants et les enfants à travers des dessins animés éducatifs et des conversations sur ce qu'est un DSD, quels sont tous ces termes et quelle est son histoire.


Je suis prêt à m'exprimer dans les écoles, à faire des présentations et, s'ils le peuvent, lorsque mes animations sont terminées, à les distribuer aux personnes qui en ont besoin.


GD: Merci beaucoup d'avoir parlé avec nous et d'avoir partagé votre histoire personnelle et votre perspective réelle, Catherine.



Une discussion sur les DSD: Le drapeau Intersex Pride a été créé en 2013 par Morgan Carpenter de Intersex Human Rights Australia.
Le drapeau Intersex Pride a été créé en 2013 par Morgan Carpenter de Intersex Human Rights Australia.





 

Resources


Une discussion sur les DSD: logo d'Intersexe Canada


Intersex Canada L'objectif d'Intersex Canada est de créer une plateforme inclusive pour connecter, éduquer, sensibiliser et faciliter la communication sur des sujets liés à l'expérience intersexuée pour le grand public, les prestataires de soins, les éducateurs, nos familles et nous-mêmes.








30 vues0 commentaire

Comments


bottom of page